Marée noire et catastrophisme

Depuis la diffusion du (pas très convainquant) blockbuster hollywoodien "2012" et le développement des thèses eschatologiques qui se sont nourrit de son succès médiatique, l'intérêt porté, par le public et les médias, au petit monde très hétéroclite de la survie se fait plus vif. Malheureusement, ce sont les survivalistes de l'apocalypse et leurs thèses de fin du monde, qui remportent la palme et étouffent, sous le flot d'un grand n'importe quoi médiatique, les scénarios et les préparations les plus pertinents (tel que la gestion des catastrophes naturelles, du pic pétrolier, des maladies de civilisation, etc). On ne s'intéresse pas aux causes, ni aux solutions et aux préventions les plus pertinentes ; on se contente juste d'observer leurs symptomes, dans ce qu'ils ont de plus extrême. L'apocalypse de la mort qui tue est ainsi devenue la nouvelle accroche que l'on instrumentalise pour faire parler de soit, pour faire de l'audimat (obtenir des parts de marché), ou bien pour faire du business (vente de kits, revues, abris clef en main, etc). Bref, on alimente le cirque médiatique.

Courrier international n'échappe pas à la règle et consacre son dernier numéro à la fin du monde et autres thèses eschatologiques. Bienvenue dans un monde où le spectacle et l'argent sont rois et les promoteurs de ces hypothèses pas toujours vraiment désintéressés... et tant pis pour l'anticipation sérieuse des risques, grande perdante de ce jeu de dupe.

 courrier international

Marée noire et fin du monde (lol !)

La fin du pétrole est un scénario catastrophe dont les conséquences pourraient être dramatiques. De plus en plus d’Américains s’y préparent et envisagent la vie d’après, raconte le New York Times.

"Ce samedi-là, pendant que le pétrole continue de se déverser dans le golfe du Mexique, Jennifer Wilkerson passe trois heures au téléphone à parler de la vie après le pétrole. Trente-trois ans, démocrate modérée, conceptrice d’interfaces informatiques, elle vit à Oakton, en Virginie. La marée noire renforce son obsession : la consommation de pétrole épuise les réserves mondiales. Elle s’inquiète de l’après : pénurie alimentaire, effondrement de l’économie, disparition de l’ordre civil. Son coup de téléphone entre dans le cadre d’un cours de survie.

En période de crise, la fin du monde fait fureur. Les Américains sont depuis longtemps fascinés par les scénarios catastrophe, de l’explosion démographique au réchauffement climatique, en passant par la guerre froide. Les Cassandre font aujourd’hui une nouvelle fixation : la fin du pétrole. Pour eux, les réserves ont atteint leur niveau maximum en 2008 et vont rapidement décliner, entraînant l’économie avec elles. En 2005, Roscoe G. Bartlett, représentant républicain du Maryland, et Tom Udall, représentant démocrate du Nouveau-Mexique (aujourd’hui sénateur) ont même créé au Congrès la commission sur la fin du pétrole."


La suite ici ... http://www.courrierinternational.com/article/2010/06/23/maree-noire-et-fin-du-monde

Dans la même veine (les surviveurs de l'apocalypse et autres fins du monde à la "2012"), vous pouvez jeter un œil sur ce document de "66 minutes" (M6) et désespérer de la manière dont les médias traitent le sujet et dont certains prepers et survivalistes s'enferment dans le catastrophisme le plus primaire.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×